English 简体中文 Qui sommes-nous

 

 

Accueil | Reportages de Chine | Reportages d’Afrique | Économie | Culture et Société | Services
Devenir entrepreneur
Le gouvernement encourage les diplômés à créer leur entreprise
Numéro actuel
En Une
Table des matières
Regard sur la Chine

 

Abonnez-vous
Éditorial
Courrier des lecteurs
Personnalités à l’affiche
Revue de presse
Pour ou contre
Reportages de Chine
Reportages d’Afrique
Exclusivités
Pays à l’honneur
Actualités africaines
Économie
Brèves économiques
Pratique des affaires
Économètre
Profil d’entreprise
Culture et Société
Regards croisés
Lumières sur
Sciences et Technologies
Services
Vivre en Chine
Foires et expositions
Apprendre le chinois
Universités
Lois et Règlements

 

 

 

Liens
China.org.cn
Xinhuanet
Le Quotidien du Peuple
Radio Chine Internationale
Beijing Information
CCTV fr
China Daily
La Chine au Présent
La Chine Pictorial
China-Africa Cooperation Net
Jeune Afrique

 

Reportages de Chine

 

Newsletter   Actualités en
numérique
  Abonnez-
vous
 
Vol.4 juillet 2014
Hors des sentiers battus
Monter son entreprise est une option de plus en plus envisagée dans un contexte de marché de l'emploi saturé
Liu Jian

 

 

Zhang Tianyi (deuxième en partant de la gauche) et ses associés sont nés à la fin des années 1980 et au début des années 1990 

 

Une longue file d'attente se forme à l'heure du déjeuner et du dîner 

Trois mois avant la saison de délivrance des diplômes de 2014, des foules d'étudiants recherchent frénétiquement un emploi dans toute la Chine, inquiets de ce que l'avenir leur réserve.

Mais pour Zhang Tianyi, un étudiant en troisième cycle de 24 ans, prendre en charge son destin était un défi plus excitant. Il a ouvert son propre restaurant de nouilles de riz, et sert des bols fumants de soupe aux cols blancs du World Financial Center de Beijing, dans le quartier central d'affaires de la capitale.

Zhang obtiendra son diplôme en droit de l'Université de Pékin au mois de juillet, mais plutôt que travailler dans un tribunal ou poursuivre ses études dans une université renommée à l'étranger comme ses pairs, il a choisi de vendre des nouilles de riz, une spécialité de sa ville natale, Changde, dans la province centrale du Hunan.

« Funiutang », le restaurant de Zhang, est une simple pièce de 40 m2 qui peut accueillir 18 personnes. Cependant, la longue ligne de clients fidèles, qui doivent réserver, s'étend habituellement devant la porte à l'heure du déjeuner et du dîner. Zhang peut servir jusqu'à 120 personnes dans la journée.

Le roi des nouilles

Le parcours professionnel de Zhang Tianyi, diplômé en droit devenu vendeur de nouilles, est pour le moins inhabituel.

Il y a six mois, il ne parvenait pas à obtenir l'emploi rêvé sur un marché de plus en plus concurrentiel. En repensant au petit restaurant qu'il avait tenu trois ans auparavant, il a eu une révélation : l'idée d'ouvrir un restaurant spécialisé dans les nouilles de riz de sa ville natale.

Au mois de février, Zhang est retourné dans sa ville natale pour apprendre l'art de la préparation des nouilles de riz de Changde sous la houlette d'un cuisinier spécialisé. En deux mois et avec un investissement initial de 120 000 yuans (19 512 dollars), il a ouvert un restaurant à Beijing avec trois amis.

« Nous voulons offrir le goût authentique des nouilles de Changde à nos clients et promouvoir la culture gastronomique de ma ville natale à Beijing », explique-t-il à CHINAFRIQUE. « C'est l'un de mes rêves. »

Le jour de l'ouverture, le 4 avril, il a vendu pour plus de 5 000 yuans (813 dollars) de nouilles. Au bout de quelques jours, les ventes quotidiennes dépassaient 10 000 yuans (1 626 dollars).

Toutefois, le succès du restaurant a apporté son lot de pressions.

« À quatre, nous devions préparer jusqu'à 400 bols de nouilles de riz et de grandes quantités de bœuf chaque jour. Et après une journée de 15 heures de travail sans aucune pause, il fallait préparer les aliments pour le lendemain à minuit », se souvient-il.

Pour assurer la qualité des aliments et du service, Zhang et ses associés ont décidé il y a un mois de limiter leurs ventes quotidiennes à 120 bols, et d'exiger une réservation.

1   2   suivant  

 

 

 

 

Pour ou contre
-Pour ou contre - La recette au cœur du débat
-Faut-il freiner les achats de voitures ?
-Remise en question des interdictions dans les restaurants
-Le débat sur les dialectes
 
Revue de presse
-Juin 2014
-Mai 2014
-Avril 2014
-Mars 2014
 
Personnalités à l’affiche
-Juin 2014
-Mai 2014
-Avril 2014
-Mars 2014
 
Courrier des lecteurs
-Décembre 2011
-Novembre 2011
-Octobre 2011
-Septembre 2011
 
Éditorial
-Une communauté aux opportunités partagées
-Le casse-tête économique du Nigeria
-Les leçons de la croissance chinoise
-Lutter contre le trafic des espèces sauvages

 

 

 
| Qui sommes-nous | flux RSS | Contact | Publicité | Abonnements | Définir ChinAfrique comme page d’accueil |
Copyright ChinAfrique Tous droits réservés京ICP备08005356号