English 简体中文 Qui sommes-nous

 

 

Accueil | Reportages de Chine | Reportages d’Afrique | Économie | Culture et Société | Services
Projet pionnier
Outre l'accélération des échanges bilatéraux et des investissements, la zone de libre-échange de Shanghai fait avancer les réformes gouvernementales
Numéro actuel
En Une
Table des matières
Regard sur la Chine

 

Abonnez-vous
Éditorial
Courrier des lecteurs
Personnalités à l’affiche
Revue de presse
Pour ou contre
Reportages de Chine
Reportages d’Afrique
Exclusivités
Pays à l’honneur
Actualités africaines
Économie
Brèves économiques
Pratique des affaires
Économètre
Profil d’entreprise
Culture et Société
Regards croisés
Lumières sur
Sciences et Technologies
Services
Vivre en Chine
Foires et expositions
Apprendre le chinois
Universités
Lois et Règlements

 

 

 

Liens
China.org.cn
Xinhuanet
Le Quotidien du Peuple
Radio Chine Internationale
Beijing Information
CCTV fr
China Daily
La Chine au Présent
La Chine Pictorial
China-Africa Cooperation Net
Jeune Afrique

 

Reportages de Chine

 

Newsletter   Actualités en
numérique
  Abonnez-
vous
 
Vol.4 octobre 2014
Pont aérien

Konjit Tedla (WEI YAO)

Pont aérien

Ethiopian Airlines est réputée comme étant la compagnie aérienne à plus forte croissance en Afrique, et la Chine est son plus grand marché à l'étranger. Konjit Tedla, directrice régionale de la zone Chine-Mongolie-Corée du Nord chez Ethiopian Airlines, a rencontré CHINAFRIQUE pour partager ses réflexions sur les ambitions futures de la compagnie aérienne concernant le marché chinois.

grand marché d'outre-mer de la compagnie Ethiopian Airlines, quels sont les nouveaux services proposés aux passagers chinois ?

 Avec des vols quotidiens, Ethiopian Airlines dessert actuellement quatre destinations en Chine : Beijing, Shanghai, Guangzhou et Hong Kong. La Chine est devenue notre plus grand marché, donc nous faisons de notre mieux pour offrir une [agréable] expérience à nos passagers chinois durant leur voyage. Pour atteindre cet objectif, nous avons récemment lancé un centre d'appel 24/7 avec un service chinois et un site internet chinois. Nous recrutons également des employés sinophones pour le comptoir de transit à l'aéroport international Bole d'Addis Abeba, pour fournir un service en langue chinoise sans faille pendant toute la durée du voyage.

Nous envoyons des avions B777 et B787 Dreamliner vers la Chine, les plus avancés à ce jour. Et nous sommes fiers d'annoncer qu'un 9ème B787 a intégré notre flotte en août, ce qui fait d'Ethiopian Airlines la compagnie possédant le plus grand nombre de B787 au monde. Certains pourraient croire que nos avions sont obsolètes puisque nous sommes une compagnie aérienne d'un pays d'une région sous-développée d'Afrique. Au contraire, nous offrons l'un des meilleurs services aux passagers chinois.

 

Comment avez-vous pu devenir une compagnie aérienne de classe mondiale dans un environnement économique éthiopien encore relativement en retard ?

Ethiopian Airlines est une entreprise d'État, donc le gouvernement peut apporter tous les éléments nécessaires pour remplir les objectifs. Au cours des dernières années, d'importants investissements ont été effectués pour développer la seule compagnie aérienne d'Éthiopie. Comme elle est située en Afrique de l'Est, l'Éthiopie est complètement enclavée, donc le transport aérien est très important pour le pays.

C'est une compagnie aérienne détenue par l'Éthiopie mais considérée comme africaine, car nous desservons maintenant 49 villes d'Afrique et beaucoup de gens passent par l'Éthiopie avant d'atteindre d'autres destinations. Nous servons en fait de pont aérien connectant l'Afrique et le monde. L'Éthiopie reste l'un des pays africains les moins développés, mais Ethiopian Airlines n'est pas prisonnière de cette image grâce à sa gestion moderne et son appartenance à la Star Alliance.

 

Comment Ethiopian Airlines a construit ce lien étroit avec la Chine ?

Ethiopian Airlines a été le premier transporteur africain et le quatrième au monde à desservir [la Chine] dès 1973. Notre première destination a été Shanghai, un vol toutes les deux semaines. Depuis 41 ans, nous n'avons jamais quitté le marché chinois.

En raison de l'essor économique de l'Afrique et du développement du commerce, de l'investissement, des affaires et du tourisme sur le continent, les liens entre la Chine et l'Afrique ont connu une croissance exponentielle ces dernières années. Aujourd'hui, nous proposons la meilleure liaison entre quatre grandes villes chinoises et 48 villes d'Afrique et d'autres régions.

 

Avez-vous de nouveaux projets pour explorer le marché chinois ?

Nous prévoyons de multiplier les vols vers nos quatre destinations en Chine. Mais au-delà de ça, nous pensons également à des destinations supplémentaires, en particulier en Chine de l'Ouest, peut-être à Chengdu ou Chongqing. Nous avons observé une demande croissante dans les régions de l'ouest, mais pas autant que le long des côtes à l'est. Actuellement, peu de compagnies aériennes desservent l'ouest, mis à part celles de [République de] Corée, du Japon et de Hong Kong. Mais les routes qu'elles offrent ne sont pas directes. Nous espérons connecter ces zones et l'Afrique d'une manière plus commode pour les passagers.

 

Est-ce que l'épidémie d'Ebola va affecter les vols ? Est-il sûr de se rendre en Afrique en ce moment ?

Ethiopian Airlines n'a pas de vols directs vers les pays les plus touchés, pas même vers l'Afrique de l'Ouest. Nous ne suggérons pas aux gens de risquer leur santé pour se rendre dans ces zones fortement touchées, mais ce n'est pas nécessaire d'annuler un voyage d'affaires vers l'Afrique par peur. Comme l'a rappelé l'Organisation mondiale de la Santé le 14 août, Ebola a très peu de chance d'être transmis par voie aérienne, et les hubs de transport aériens ne représentent pas un risque élevé pour la propagation du virus. L'Éthiopie prend également d'importantes mesures de quarantaine pour assurer la sécurité des résidents nationaux et des voyageurs étrangers.

 

 

 

 

Pour ou contre
-Faut-il imposer des règles aux enfants boomerang ?
-Récompenses pour élèves valeureux
-Pour ou contre - La recette au cœur du débat
-Faut-il freiner les achats de voitures ?
 
Revue de presse
-Septembre 2014
-Août 2014
-Juillet 2014
-Juin 2014
 
Personnalités à l’affiche
-Septembre 2014
-Août 2014
-Juillet 2014
-Juin 2014
 
Courrier des lecteurs
-Décembre 2011
-Novembre 2011
-Octobre 2011
-Septembre 2011
 
Éditorial
-Agir maintenant contre Ebola
-Ebola, un problème international
-En route vers la banque
-Une communauté aux opportunités partagées

 

 

 
| Qui sommes-nous | flux RSS | Contact | Publicité | Abonnements | Définir ChinAfrique comme page d’accueil |
Copyright ChinAfrique Tous droits réservés京ICP备08005356号