English 简体中文 Qui sommes-nous

 

 

Accueil | Reportages de Chine | Reportages d’Afrique | Économie | Culture et Société | Services
Encore et toujours au service du peuple

Célébrant ses 90 ans, le Parti communiste chinois reste déterminé à donner la priorité au peuple

 

Numéro actuel
En Une
Table des matières
Regard sur la Chine

 

Abonnez-vous
From the Editor
Letters
Newsmakers
Media Watch
Pros and Cons
China Report
Africa Report
Exclusives
Nation in Focus
Africa Roundup
Business
Business Briefs
Business Ease
China Econometer
Company Profile
Lifestyle
Double Take
Spotlight
Science and Technology
Services
Living in China
Fairs&Exhibitions
Learning Chinese
Universities
Measures and Regulations

 

 

 

Liens
China.org.cn
Xinhuanet
Le Quotidien du Peuple
Radio Chine Internationale
Beijing Information
CCTV fr
China Daily
La Chine au Présent
La Chine Pictorial
China-Africa Cooperation Net
Jeune Afrique

 

Lumières sur

 

Newsletter   Actualités en
numérique
  Abonnez-
vous
 
Vol.1 mai 2011
La danse, carrefour des cultures

Li Yayuan

Li Yayuan, experte en danse africaine au sein du China Oriental Song and Dance Ensemble, a chorégraphié et mis en scène une dizaine de spectacles de danse africaine applaudis par le public. Au cours des quarante dernières années, elle s'est rendue plusieurs fois en Afrique, que ce soit pour y donner des représentations ou enseigner la danse chinoise ou bien étudier la danse africaine. Elle a accepté de partager avec CHINAFRIQUE la passion qui est la sienne.   

Vous avez eu l'occasion de vous rendre en Afrique à maintes reprises. Quelle impression vous ont laissé les Africains ?

Ce qui m'a d'emblée frappé et qui m'impressionne toujours autant aujourd'hui, c'est leur optimisme. Les Africains sont intelligents, ils apprennent rapidement ; ce sont des gens simples qui font preuve d'une grande bienveillance. Lors de mes séjours en Afrique, mes professeurs, camarades et amis africains m'ont beaucoup aidée et j'ai développé avec eux une amitié sincère. Au cours de mes études en Tunisie, j'ai été gravement malade suite à une allergie médicamenteuse. Je me rappelle que mes camarades m'ont offert des plantes médicinales et ont prié pour moi. De même, pour célébrer mon anniversaire, les jeunes filles de mon dortoir m'ont acheté une part de gâteau, du coca-cola et m'ont chanté des chansons. Toutes ces attentions m'ont beaucoup touchée.

Vous êtes allée au Sénégal en 1990 et en Tunisie en 1997 pour étudier la danse africaine. Parlez-nous de ces deux expériences?

Poursuivre mes études en Afrique n'a pas été chose facile, mais j'ai eu la chance d'avoir le soutien de ma famille, notamment de mon mari, qui m'a toujours encouragé à progresser. Quand je suis partie pour le Sénégal en 1990, j'avais déjà plus de quarante ans. Avant mon départ, j'ai pris des cours de français pendant un an, dans une classe à Beijing. C'était un défi immense pour une femme de mon âge.

Mon expérience en Afrique m'a beaucoup apporté en terme d'études et de recherche sur la danse africaine et fut une grande source d'inspiration lorsque je me suis lancée dans la création de chorégraphies, à mon retour en Chine. Un des spectacles que j'ai créés s'intitule d'ailleurs « Au plus près du soleil », et s'inspire du soleil ardent de l'Afrique.

Quel est le rôle de la danse dans la vie des Africains ? Quelles sont les similitudes et différences entre la danse africaine et la danse chinoise ?

Pour les Africains, la danse est le sel de la vie. Les spectacles de danse africaine ne se caractérisent pas par la somptuosité des costumes ou des accessoires, mais touchent le cœur des spectateurs par leur énergie. La danse de l'ethnie wa du Yunnan (sud-ouest de la Chine) ressemble beaucoup à la danse africaine. Toutes les deux s'inspirent profondément de la vie quotidienne. Elles évoquent notamment le travail de la terre.

Il faut bien sûr préciser qu'il existe un grand nombre de danses africaines. Les différentes régions et tribus ont chacune leurs propres danses ; certaines sont très lyriques, tandis que d'autres débordent d'énergie. Mais dans l'ensemble, la danse africaine se caractérise par sa liberté, sa vivacité et l'interaction qu'elle entretient avec les spectateurs. Aujourd'hui, de nombreux jeunes Chinois apprécient et apprennent la danse africaine et je m'en réjouis.

Poursuivez-vous toujours vos recherches sur la danse africaine aujourd'hui que vous êtes à la retraite ?

Oui. À chaque fois que des troupes de danse africaine viennent donner des spectacles en Chine, je fais mon possible pour aller les voir, afin de suivre l'évolution de la danse africaine. Je suis également intéressée depuis longtemps par l'influence des centres culturels chinois ouverts dans les pays africains. Si j'ai l'occasion de retourner en Afrique, c'est un aspect que j'aimerais bien approfondir. J'en profiterai aussi, bien sûr, pour rendre visite à mes professeurs et à mes amis.

Si j'avais vingt ans de moins, j'ouvrirais une école de danse africaine pour transmettre mon savoir à un plus grand nombre.

 

 

 

 

 

 

Double Take
 
Science and Technology
-Lost at Sea
-Sandy Times
-Organ Donation in China
-An Unwelcome Growth
 
Spotlight
-Artist Yang Yan
-Prudence Sinkala
-Dance Researcher Li Yayuan
-Physician Li Bo

 

 

 

 

 
| Qui sommes-nous | flux RSS | Contact | Publicité | Abonnements | Définir ChinAfrique comme page d’accueil |
Copyright ChinAfrique Tous droits réservés京ICP备08005356号