法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2018-12-27
 

Sauvegarder la paix

par Godfrey Olukya  ·   2018-12-27
Mots-clés: maintien de la paix

Des soldats ougandais en route vers la Somalie dans le cadre d’une mission de la paix.

 

En mars 2007, l’Ouganda a décidé d’envoyer ses troupes en Somalie pour participer au maintien de la paix dans ce pays d’Afrique de l’Est déchiré par la guerre. À cette époque, de nombreux habitants ont estimé que cette décision allait se solder par un échec. 

Or, les forces armées ougandaises ont démenti ces critiques par leurs actions. Elles ont montré leur courage et ont réussi à exécuter des missions de maintien de la paix non seulement en Somalie, mais aussi dans d’autres pays de la région. L’Ouganda compte actuellement le plus grand nombre de soldats dans la mission de maintien de la paix de l’Union africaine (UA) en Somalie (AMISOM), avec 6 223 soldats, devant le Burundi, l’Éthiopie, le Kenya et Djibouti, selon un récent rapport de l’AMISOM. Jusqu’à présent, 110 soldats ougandais ont donné leur vie dans le conflit somalien. 

Malgré les critiques initiales, le Président ougandais Yoweri Kaguta Museveni a insisté sur le fait que les troupes œuvraient pour le bien de la sécurité régionale. « Si nous laissons un tel chaos s’emparer de la Somalie, à terme, les combats pourraient se propager aux pays voisins », a-t-il dit. Il a fait valoir qu’une Somalie déstabilisée pourrait être utilisée comme base par des militants pour attaquer les pays voisins. 

M. Museveni ajoute que les forces ougandaises et d’autres forces étrangères ont été envoyées pour aider à rétablir la paix dans ce pays déchiré par la guerre, situé dans la Corne de l’Afrique. « Les pays africains doivent coopérer afin de résoudre leurs propres problèmes », a-t-il déclaré à l’époque. 

L’approbation de l’ONU 

En 2004, avant que l’Ouganda n’envoie des troupes en Somalie, un regroupement de huit pays de la région ayant son siège à Djibouti, connu sous le nom de l’Autorité intergouvernementale pour le développement, avait proposé la mise sur pied d’une force de maintien de la paix pour la Somalie, mais les combats ont empêché le déploiement des troupes. Finalement, le 21 février 2007, le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé la résolution 1744, qui autorisait le déploiement de l’AMISOM. 

Cependant, les affrontements entre le gouvernement somalien et des militants ont compliqué le déploiement de troupes. Malgré cela, alors que d’autres pays hésitaient encore, l’Ouganda a décidé d’envoyer 6 000 de ses soldats en Somalie en mars 2007. 

L’Ouganda avait précédemment envoyé des milliers de soldats dans le cadre d’autres missions de maintien de la paix dans la région, dont 7 000 en République démocratique du Congo en 2008, 2 300 en République centrafricaine en 2013 et plus de 5 000 au Soudan du Sud en 2014. Seules les troupes en Somalie ont été placées sous l’autorité de l’UA et de l’ONU, tandis que les autres missions étaient parrainées par l’Ouganda. 

Suite au déploiement des troupes ougandaises, les affrontements dans la majeure partie de la Somalie et du Soudan du Sud ont rapidement pris fin, ce qui témoigne du succès de leur présence. Malgré les violences sporadiques qui sévissent encore en Somalie, l’intervention de l’AMISOM a remporté un grand succès. 

« L’Ouganda a beaucoup fait pour améliorer la sécurité et la paix en Afrique. Il a envoyé des troupes en Somalie pour combattre les militants. Il a aussi envoyé des troupes en République centrafricaine à la recherche du chef rebelle de l’Armée de résistance du Seigneur Joseph Kony, et au Soudan du Sud pour mettre fin aux effusions de sang causées par les tribus en guerre », explique Edward Mugisa, commissaire adjoint du ministère ougandais de la Défense et des Anciens Combattants. 

« Il est louable qu’un petit pays comme l’Ouganda joue un rôle important dans le maintien de la paix sur le continent et montre aux autres pays africains que l’Afrique peut résoudre ses propres problèmes », ajoute-t-il. Les forces armées ougandaises comptent actuellement 55 000 soldats dans leurs rangs et leur budget pour 2017-2018 serait d’environ 26,6 millions de dollars. 

L’UA apprécie également les efforts déployés par l’Ouganda pour maintenir la paix sur le continent. « L’Ouganda est sur la bonne voie. L’Ouganda fait des sacrifices pour la Somalie ; mais plus important encore, l’Ouganda joue son rôle dans la création d’une UA unie », dit le représentant spécial de l’UA pour la Somalie, Francisco Madeira. 

Rosa Malongo, coordonnatrice des Nations unies, a déclaré plus tôt cette année : « La contribution [de l’Ouganda à la paix régionale] est reconnue par tous comme une contribution positive. Les soldats ougandais contribuent de manière significative aux efforts de paix et à la sécurité dans la région des Grands Lacs et dans la Corne de l’Afrique. » 

Une armée qualifiée 

Deo Akiiki, porte-parole adjoint des forces ougandaises, dit que les capacités de son armée sont l’une des raisons pour lesquelles elle joue un rôle aussi important sur le continent. « Notre armée est très entraînée et peut faire face à n’importe quelle situation, à tout moment », dit M. Akiiki. 

Il dit que l’armée ougandaise a été bâtie sur les fondements du panafricanisme, ce qui la rend unique. « Nous ne nous considérons pas seulement comme une armée ougandaise, mais comme une armée pour toute l’Afrique », ajoute-t-il. 

Le lieutenant Joel Okello, qui a participé à la mission de maintien de la paix en Somalie pendant deux ans, dit qu’il était motivé par le besoin d’aider les autres. « Ce n’était pas facile. Nous pouvions tomber à tout moment dans les embuscades des militants somaliens. Mais malgré tout, mes camarades et moi étions heureux parce que nous nous battions pour sauver des Africains », dit-il. 

Le porte-parole du gouvernement ougandais, Ofwono Opondo, dit que c’est la vision africaniste de l’Ouganda qui pousse le pays à s’impliquer dans le maintien de la paix sur le continent. « Notre parti au pouvoir, le Mouvement de résistance nationale, croit en la construction conjointe de l’Afrique. Et le Président Museveni croit en la construction d’un bloc économique africain, mais cela ne pourra pas se faire tant qu’il y aura de l’insécurité dans certaines parties du continent », dit M. Opondo. 

Le mandat de l’AMISOM se maintiendra jusqu’au 31 mai 2019. « Beaucoup a été fait, mais il en reste encore beaucoup à faire et je peux seulement dire que la résilience de l’ennemi n’a d’égal que celle des troupes de l’AMISOM et de tous les pays contributeurs », dit le général David Muhoozi, chef des forces de défense ougandaises. 

  

Reportage de l’Ouganda  

Pour vos commentaires : liuwei@chinafrica.cn

  

Imprimer
Lire aussi:
Liens:
Xinhuanet CCTVfr China Tibet Online Le Quotidien du Peuple Radio Chine Internationale
Ambassade de Chine en France Ambassade de France en Chine Faguowenhua French.china.org.cn
La Chine au Présent La Chine Pictorial

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号