法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2019-01-21
 

Avoir son chez-soi

par Gitonga Njeru  ·   2019-01-21
Mots-clés: logements

David Mungania a toujours rêvé d'être propriétaire de son propre logement, mais son principal obstacle était le coût élevé de l'immobilier. Cependant, être locataire lui coûte cher et le stress de trouver l'argent pour payer un loyer mensuel élevé représente un fardeau supplémentaire.

M. Mungania fait partie du nombre croissant de Kényans se battant avec les coûts de plus en plus élevés de la vie. L'opportunité d'un logement à prix abordable apporte ainsi une lueur d'espoir à tous ceux qui, dans le pays, se battent encore aujourd'hui pour joindre les deux bouts.

« Il est difficile [d'essayer d'équilibrer son budget], lorsque vous payez un loyer. La nouvelle initiative du gouvernement pour bâtir des maisons à prix abordables est une mesure bienvenue. J'espère devenir propriétaire de mon propre logement, [ce qui me permettrait] avec l'argent que je paie pour le loyer d'économiser pour l'éducation de mes enfants », explique-t-il.

Les promoteurs chinois

D'après le ministère des Transports, des Infrastructures, du Logement et du Développement urbain, un total de 63 % des Kényans ne possèdent pas de maison et ce groupe est désormais visé par le gouvernement pour devenir de nouveaux propriétaires immobiliers.

Pour assister dans cette situation, les entreprises chinoises ont commencé à construire des logements bon marché, dans le cadre de l'initiative du gouvernement kényan pour construire des logements à prix abordables.

Le gouvernement kényan prévoit de construire plus d'un million de logements d'ici la fin 2022 pour un coût de 23 milliards de dollars ce qui, en-dehors de donner un toit à de nombreuses personnes, permettra également de créer des emplois précieux.

Selon Fabian Nzivo, le PDG de Banda Homes, l'un des plus grands promoteurs immobiliers du Kenya, le coût moyen d'une maison variera entre 20 000 et 80 000 dollars. Cependant, la plupart des maisons devraient coûter environ 35 000 dollars. Actuellement, le coût moyen d'une maison au Kenya est de 130 000 dollars, ce qui fait que la propriété n'est accessible qu'à un nombre restreint de Kényans.

Certains projets sur le terrain ont débuté en octobre 2017, lorsque l'initiative sur le logement a été annoncée pour la première fois, et un certain nombre de logements sont actuellement en construction à Nairobi et dans la ville côtière de Mombasa.

Les entreprises de construction du Kenya se sont associées avec leurs homologues chinois pour construire de nouveaux logements et Banda Homes s'est par exemple associée à l'entreprise China Zhongxing Construction.

« Chez Banda Homes, nous visons l'excellence. La plupart des matériaux proviennent de Chine et sont solides et abordables. Le gouvernement kényan fait confiance aux prestataires chinois, explique Fabian Nzivo. Les ouvriers sont pour la plupart Kényans, mais nous avons quelques ingénieurs chinois sur le terrain. Nous avons déjà commencé à construire plus de 600 bungalows à trois chambres, se situant chacun sur un terrain de 500 m dans plusieurs parties du pays. » D'après le PDG de Banda Homes, les coûts élevés du terrain restent cependant un problème au Kenya.

« Malgré le plan du gouvernement de bâtir un million de logements, il en restera toujours un déficit de 3 millions d'ici 2022. La demande et des projets plus importants devront être initiés », explique James Macharia, le ministre des Transports, des Infrastructures, du Logement et du Développement urbain.

« Une partie du plan d'accession à la propriété sera une stratégie connue sous le nom de 'louez ce que vous possédez' (Rent as you own). Une certaine somme prédéterminée sera payée sur une base mensuelle pour ceux qui ne peuvent pas se permettre de payer [et d'acheter directement leur maison] », explique-t-il. Ce système est le même que le remboursement d'une hypothèque et ne comporte pas de coûts cachés.

Le coût élevé du logement

Les chiffres du gouvernement pour 2017 montrent que le revenu salarial moyen au Kenya est d'environ 400 dollars par mois, alors que le niveau de pauvreté reste à environ 2 dollars par jour.

« [Dans le cadre du plan d'accession à la propriété], il est possible d'acquérir un deux-pièces dans un complexe résidentiel avec des magasins, une piscine, une salle de sport et des restaurants, pour tout juste 17 000 dollars. Cela est en partie dû au fait que le gouvernement a supprimé la TVA sur les matériaux de construction, comme le ciment, les tuiles, le terrazzo et les briques de construction », souligne Reuben Mutiso, un architecte de la société Tectura International à Nairobi. Comme les terrains disponibles sont limités, un grand nombre de ces logements seront situés dans des gratte-ciel.

Le gouvernement a également supprimé les droits de douane à l'importation sur les matériaux de construction venant de Chine, afin de maintenir les coûts de construction à un faible niveau.

D'après M. Mutiso, les Chinois ont également introduit une technologie de construction à bas prix, permettant de construire une maison rapidement avec des matériaux à bas coûts, mais solides et disponibles sur le marché. La technologie de l'imprimante 3D permet également de proposer rapidement un abri abordable pour un coût moyen de 4 000 dollars, même si celle-ci doit encore gagner en popularité.

Une nouvelle mesure du gouvernement pour encourager davantage le développement immobilier par des moyens innovants essaie de répondre à certains des défis auxquels est confronté le secteur. Un projet de loi publié en 2015 encourage les propriétaires de bâtiments abandonnés à vendre ces derniers au gouvernement. Celui-ci démolit ensuite les structures et construit de nouveaux logements résidentiels.

« Ce projet de loi permet également aux propriétaires de bâtiments ayant trois étages ou moins, situés dans certaines zones des pôles urbains comme Nairobi, de vendre au gouvernement leurs bâtiments à un prix du marché raisonnable. Nous avons emprunté cette brillante idée à l'Éthiopie, qui a adopté des mesures similaires », explique M. Macharia. Le ministre indique également que le gouvernement devrait engager des consultants chinois, incluant des architectes et des ingénieurs, pour voir si son agenda en matière de logement peut être réalisé en tout juste quatre ans.

« La construction de routes et l'urbanisation ont engendré un essor considérable dans le prix des locations, qui atteignent des niveaux prohibitifs. Le gouvernement veut construire des logements pour faire face à ce problème pressant », souligne-t-il.

Dans la région, le Rwanda présente une initiative similaire à celle du Kenya en matière de logement et l'Éthiopie suit cet exemple. Même si cette initiative comporte quelques détracteurs, comme ceux qui disent que cela a engendré une imposition élevée par le gouvernement, M. Macharia l'affirme : « Les bons résultats seront ressentis sur le long terme. » CA

Reportage du Kenya

Pour vos commentaires : liuwei@chinafrica.cn

Imprimer
Lire aussi:
Liens:
Xinhuanet CCTVfr China Tibet Online Le Quotidien du Peuple Radio Chine Internationale
Ambassade de Chine en France Ambassade de France en Chine Faguowenhua French.china.org.cn
La Chine au Présent La Chine Pictorial

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号