法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2019-04-15
 

Des anges blancs sur appel

par Li Xiaoyu  ·   2019-04-15
Mots-clés: population âgée; infirmier; services de soins à domicile; Chine


L’application Yihu365.com offre différents services de soins à domicile. (COURTOISIE)

L'idée de prendre rendez-vous avec un infirmier depuis une application a beaucoup plu à Guo Ruirong. En effet, l'homme âgé de 75 ans qui est seul dans la vie, n'a plus besoin de se déplacer à l'hôpital pour jouir de soins infirmiers, comme injection, perfusion, prise de sang, pose et changement de pansements, etc. Pour lui, c'est un grand soulagement. Et il n'est pas le seul à en bénéficier. Sa garde-malade, de son côté, y trouve aussi son compte. Comme plusieurs de ses consœurs, Wang Wenli, une infirmière de 31 ans, travaille dur, mais ne gagne pas beaucoup. Dès lors qu'elle a entendu dire que des applications de soins à domicile avaient adopté le modèle d'Uber, elle a sauté sur l'occasion.

Or, si ce type d'applications, lancées il y a quelques années, ne sont plus une nouveauté en Chine, la plupart d'entre elles sont encore développées et gérées par des tiers indépendants. L'absence de normes susceptibles de régulariser ce nouveau service inquiète tant les infirmiers comme Wang Wenli que les malades âgés à l'instar de Guo Ruirong. Alors que les premiers se soucient de leur sécurité personnelle, la qualité et la sûreté du dispositif font partie des préoccupations de ces derniers.

Ainsi, les autorités sanitaires chinoises ont lancé en février un programme pilote de soins infirmiers à domicile, qui est même qualifié par des internautes de la « version officielle » de ces applications privées. Six régions de niveau provincial à travers le pays, à savoir Beijing, Tianjin, Shanghai, le Jiangsu, le Zhejiang et le Guangdong, ont été sélectionnées pour mener une phase de test allant jusqu'à la fin de cette année. Comme le révèle Jiao Yahui, directeur adjoint du Bureau de l'Administration médicale relevant de la Commission nationale de la santé, le test s'attaque en priorité à la question de la sécurité : celle du personnel soignant et celle des soins infirmiers.

Sécurité avant tout

Si Wang Wenli est tentée par l'idée de travailler davantage pour gagner plus, elle hésite devant la question de la sécurité. Lorsque des utilisateurs passent des commandes la nuit, elle est obligée de demander à ses amis de l'accompagner pour se rendre chez les malades. Autrement, elle aurait peur d'y aller seule.

Par souci de sécurité, il est stipulé dans le programme pilote que les infirmiers doivent désormais être suivis par le système de navigation GPS, avec un dispositif de reconnaissance faciale. Par ailleurs, la mise en place d'un équipement mobile d'alerte et l'achat d'une assurance accidents du travail contribuent également à prévenir les risques et à réduire les dommages.

Du côté des malades, ce dispositif est aussi loin d'être parfait. « Je crains que les infirmiers en ligne ne soient pas suffisamment qualifiés pour fournir des services médicaux sûrs et fiables », avoue Guo Ruirong. Sa préoccupation est partagée par beaucoup d'autres malades. En cas de crises allergiques ou de maladies soudaines, les équipements modestes que les infirmiers traînent avec eux seraient incapables de leur prodiguer les soins nécessaires.

En réponse à la préoccupation liée à la qualification, le programme précise que les infirmiers doivent avoir au moins cinq ans d'expérience de soins infirmiers dans des cliniques. De plus, le comportement des infirmiers doit être suivi tout au long de leur service pour faciliter la traçabilité.

Contrairement aux applications privées, la version officielle exige que la prestation de services de ce type soit réalisée par des établissements de santé ayant pignon sur rue. Les soins infirmiers à domicile peuvent être considérés comme un service supplémentaire de ces derniers. Avant d'envoyer leurs infirmiers, les établissements doivent procéder à une consultation préliminaire avec le demandeur afin d'évaluer son état physique et de catégoriser les soins infirmiers dont il a besoin. À la suite de l'évaluation, si les établissements estiment qu'il est sûr de lui offrir ce service, ils envoient du personnel soignant qualifié et compétent chez lui.

Selon Wu Yuxiong, vice-président exécutif de l'Association des médecins de famille du Guangdong, en annonçant le programme pilote, les autorités centrales manifestent leur soutien au service de soins infirmiers à domicile.

« C'est bon signe, car cela contribuera au développement de l'ensemble du secteur », avance-t-il. Auparavant, les médecins n'intervenaient pas dans le service de soins infirmiers à domicile. Celui-ci manquait de cohérence et sa qualité ne pouvait être garantie. Avec le programme pilote, les infirmiers à domicile respectent désormais les ordonnances délivrées par les médecins. Tout cela rassurera les malades quant au professionnalisme de leur service, développe M. Wu.

Prendre soin du troisième âge

En plus d'insister sur les questions de la sécurité, le programme s'adresse en premier lieu aux patients âgés à domicile, explique la Commission nationale de la santé. L'objectif est donc notamment de répondre à la demande de soins dans un pays qui vieillit.

Selon les chiffres publiés par le Bureau national des statistiques (BNS), la Chine comptait, fin 2018, 249,49 millions de personnes de plus de 60 ans, soit 17,9 % de la population totale. Beaucoup d'entre elles étaient atteintes de maladies chroniques, et on enregistrait aussi 40 millions handicapées à plus de 50 %. En d'autres termes, elles ne peuvent pas se déplacer à l'hôpital. Or, plus de 90 % des seniors en Chine préfèrent rester chez eux plutôt que de vivre dans une maison de retraite. Cela rend donc nécessaire une prestation de services de soins infirmiers à domicile.

En revanche, les statistiques du BNS montrent qu'en 2018, il y avait 4,12 millions d'infirmiers en Chine, et le ratio était de 2,7 infirmiers pour 1 000 patients, ce qui situe la Chine loin derrière les pays développés d'Europe et d'Amérique. Beaucoup d'efforts ont été déployés pour développer et consolider les programmes de formation infirmière, mais malgré tout, la Chine est toujours aux prises avec une pénurie d'infirmiers.

Wu Yuxiong pense que l'émergence de services de soins infirmiers à domicile aidera à résoudre l'inadéquation entre l'offre et la demande. À l'heure actuelle, un grand nombre de patients ont besoin de se rétablir à la maison et de nombreuses personnes âgées en perte d'autonomie nécessitent des soins à domicile. Soigner tous ces gens à l'hôpital exigerait beaucoup de ressources médicales, sans pour autant apporter plus de confort aux malades. « Grâce au développement de l'Internet, et notamment celui des données massives, les services de soins à domicile sont désormais plus accessibles aux malades âgés », analyse M. Wu. « C'est une initiative édifiante, qui permet de maximiser les ressources médicales. » 

Pour vos commentaires : lixiaoyu@chinafrica.cn

Imprimer
Liens:
Xinhuanet CCTVfr China Tibet Online Le Quotidien du Peuple Radio Chine Internationale
Ambassade de Chine en France Ambassade de France en Chine Faguowenhua French.china.org.cn
La Chine au Présent La Chine Pictorial

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号