法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2019-06-11
 

Un second souffle de vie

par Zhang Shasha  ·   2019-06-11
Mots-clés: véhicules à énergie nouvelle

Véhicules à énergie nouvelle en train d’être chargés à Guiyang, province du Guizhou. (XINHUA)

 

Pour certaines personnes, les problèmes liés aux batteries des voitures à énergie nouvelle sont ce qui les retiennent d'acheter un véhicule de cette catégorie. L'été dernier, une pluie violente a noyé la confiance de certains quant aux véhicules à énergie nouvelle (« NEV » pour « new energy vehicles » en anglais). C'est le cas de M. Gao, de Shangqiu, dans la province centrale du Henan, qui possède un Chery eQ, un modèle NEV chinois. La batterie de la voiture a été inondée dans son garage pendant la tempête et est tombée en panne par la suite. On lui a dit que la seule solution consistait à acheter une autre batterie.

Une nouvelle batterie lui coûterait 69 000 yuans (10 258 dollars), soit 10 000 yuans (1 500 dollars) de plus que le prix d'une voiture neuve du même modèle. Le fait que l'achat d'une nouvelle batterie coûte plus cher qu'une voiture neuve a décontenancé M. Gao.

Les batteries électriques sont devenues le point sensible des NEV en raison de leur coût élevé, de leur durée de vie réduite et de leur kilométrage limité. En plus de celles accidentellement endommagées comme celle de M. Gao, le premier lot de batteries d'alimentation, d'une durée de vie moyenne de cinq ans, a déjà atteint l'âge de la retraite. Les gouvernements locaux subventionnent les acheteurs de NEV afin de réduire la pollution de l'air et les émissions de dioxyde de carbone. Dans le cas de M. Gao, une subvention ne s'appliquerait que s'il achetait une nouvelle voiture, pas seulement une nouvelle batterie.

En tant que principal producteur de NEV, la production totale de la Chine a dépassé les 2,8 millions, couplés à des batteries d'accumulateurs de 131 GWh, selon un rapport publié en février par le ministère de l'Industrie et de la Technologie de l'information. Avec la croissance rapide de l'industrie des NEV, le recyclage des batteries deviendra un problème urgent.

 

Recyclage et utilisation

Certains spécialistes du secteur ont prédit qu'en désassemblant, en testant et en triant la batterie pour une deuxième utilisation, son coût pourrait être réduit de 60 %, ce qui favoriserait le développement sain et durable de l'industrie des NEV.

De plus, outre la valeur économique, si les batteries hors d'usage ne sont pas correctement éliminées ou utilisées à leur valeur maximale, elles menaceront la santé publique, sèmeront le chaos dans l'écosystème et gaspilleront de précieuses ressources en métaux, a indiqué le rapport.

Actuellement, il existe deux manières de traiter les batteries usagées : la réutilisation ou le démantèlement et le recyclage. La réutilisation consiste à réinvestir les batteries dans une seconde vie moins gourmande en énergie. À l'heure actuelle, cette méthode ne peut être appliquée que pour alimenter des batteries légèrement usées. Lorsque les batteries sont complètement épuisées après leur seconde vie, elles sont démontées et recyclées. Grâce au démantèlement, au tri, au raffinage et à la fusion, certains éléments métalliques précieux peuvent être recyclés.

En tirant des revenus supplémentaires de la batterie retirée après son utilisation dans un NEV, sa durée de vie totale est augmentée et son coût peut être partagé entre le NEV et les utilisateurs en aval.

En 2018, China Tower, le plus grand fournisseur de services d'infrastructure de tour de télécommunications au monde, a cessé d'acheter des batteries au plomb-acide et plaide en faveur de la réutilisation de batteries au lithium en déployant des applications de sauvegarde de la batterie dans 120 000 stations de 31 provinces (régions autonomes et municipalités relevant directement de l'autorité centrale) et en développant les activités de sauvegarde, de stockage et d'exportation d'électricité. State Grid, un fournisseur d'électricité appartenant à l'État, a construit un système de stockage pour la réutilisation de batteries au phosphate de fer et au lithium d'une puissance de 1 MWh, afin de stocker l'énergie produite à partir d'énergies renouvelables.

Actuellement, l'industrie du démantèlement et du recyclage se développe, certaines sociétés réalisant une production industrialisée. Des sociétés telles que GEM et Brunp Recycling, qui se sont développées à partir d'entreprises de traitement de déchets de produits électriques et électroniques et d'entreprises de raffinage de fonderies de métaux non ferreux, sont équipées de dispositifs et de techniques complètes.

Malgré les récents développements, l'ensemble du secteur en est encore à ses balbutiements, avec quelques goulets d'étranglement. Par exemple, la réutilisation actuelle de batteries usagées n'est pas assez efficace et certains problèmes techniques subsistent, tels que leur durée de vie limitée. De plus, en matière de démantèlement et de recyclage, le taux de récupération du lithium et la compatibilité des différentes batteries sont relativement faibles.

 

Efforts conjoints

Un système complet de recyclage des batteries usagées est nécessaire pour résoudre ces problèmes, ce qui nécessite une coopération entre le gouvernement, les entreprises automobiles et les entreprises de traitement de batteries, de manière à atteindre une production à grande échelle et à accroître les avantages économiques.

En 2018, le gouvernement chinois a publié des lignes directrices visant à mettre en place un mécanisme de gestion du recyclage et de l'utilisation des batteries, à garantir le suivi de la source des batteries, à définir les responsabilités dans chaque étape du recyclage et à mettre en place une plateforme de gestion complète pour le suivi.

Les différentes régions chinoises intensifient également leurs efforts dans l'élaboration de nouveaux systèmes. En 2018, les gouvernements de Beijing, de Tianjin et de la province du Hebei, dans le nord de la Chine, ont publié conjointement une ligne directrice pour choisir des projets pilotes dans tous les maillons du recyclage et explorer de nouveaux modèles reproductibles et transférables d'ici 2020.

Les constructeurs automobiles se lancent également dans le secteur des batteries, car ils reconnaissent le potentiel considérable du marché. Beijing Electric Vehicle, un fabricant de NEV, a créé un nouveau modèle en établissant des stations de batteries sur lesquelles les utilisateurs peuvent les échanger au lieu de les charger, ce qui facilite la collecte, le suivi et la gestion durable. Les batteries usagées seront transformées en dispositifs de stockage d'énergie, tandis que l'on s'emploie actuellement à utiliser l'énergie photovoltaïque pour les recharger. BYD Auto met en place des canaux de recyclage et laisse ses revendeurs collecter les batteries, qui seront utilisées pour le stockage de l'énergie domestique et une source d'alimentation de secours pour les stations de base.

Bien que le secteur de la réutilisation et du recyclage de la batterie se développe vigoureusement, des limitations et des incertitudes subsistent. « À l'heure actuelle, nous manquons de lignes directrices et de normes pour mesurer la fiabilité et les méthodes de traitement du recyclage. En cas de réutilisation, par exemple, si les batteries NEV à la retraite doivent être transformées en chargeurs, qui seront ensuite vendus à des consommateurs individuels, il n'existe aucun moyen de suivi ou de collecte afin qu'elles soient traitées pour préserver l'environnement », a confié Zhou Li, vice-président de l'Association du Guangdong pour l'économie circulaire et l'utilisation globale des ressources. « Dans le futur, il est essentiel que le gouvernement accélère la publication des normes nationales et industrielles pertinentes pour le recyclage et l'utilisation des batteries usagées. »

 

Pour vos commentaires : liuwei@chinafrica.cn

Imprimer
Lire aussi:

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号