法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2019-05-31
 

De la mer de la mort à une oasis de prospérité

par Li Xiaoyu  ·   2019-05-31
Mots-clés: lutte contre la désertification

Le système écologique a été progressivement restauré à Kubuqi.

 

Li Long est un médecin de 39 ans à Beijing. Il se souvient encore des tempêtes de sable ravageant la capitale le printemps venu, il y a une vingtaine d’années, alors qu’il était encore étudiant universitaire. « Dans la rue, tout le monde devait porter un masque ou un foulard. Il y avait des sables à l’extérieur comme à l’intérieur des habitations, les trafics routier et aérien, par manque de visibilité, étaient très perturbés. Ça donnait une impression de fin du monde », témoigne-t-il. 

  

Pourtant, ces dernières années, les tempêtes de sable et de poussière ont rarement fait la une de la presse locale. Il ne s’agit plus en effet d’une préoccupation majeure pour les Pékinois comme M. Li. Dans les années 1950, on comptait en moyenne 56 tempêtes de sable ou de poussière balayant la capitale chinoise tous les ans. En 2017, on n’en dénombrait « que » sept. 

  

De fait, à quelque 800 kilomètres de Beijing, se trouve l’un des trois déserts causant des tempêtes de sable, Kubuqi, septième plus grand désert de Chine. Chaque année, au printemps, le vent sibérien amenait la poussière des terres sableuses jusqu’à la capitale, tel un dragon jaune s’apprêtant à dévorer la ville. La diminution du nombre de tempêtes de sable à Beijing est due en grande partie au reboisement de Kubuqi. 

  

Autrefois connu sous le nom d’« étang de sable suspendu au-dessus de la capitale », celui-ci a vu son taux de couverture végétale passer d’environ 5 %, dans les années 1980, à 53 % en 2016. Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) qualifie la contrée « d’exemple éco-économique mondial », dont le projet de restauration écologique est estimé à près de 1,8 milliard de dollars. Le modèle de Kubuqi attire progressivement l’attention de la communauté internationale, la désertification étant un fléau mondial. On évalue globalement à 36 millions km2 de territoires touchés par la désertification dans le monde, qui affecte environ 2 milliards de personnes. 

  

Agir de concert 

  

Situé dans le nord du plateau d’Ordos dans la région autonome de Mongolie intérieure (nord de la Chine), le désert de Kubuqi couvre une superficie de 18 600 km2. Pourtant, il y a 3 000 ans, c’était une région forestière. Avec la dégradation du climat et la surexploitation des terres, le système écologique a été fragilisé. Les champs autrefois fertiles se sont ainsi transformés en « mer de la mort ». 

  

« Dans les années 1950 et 1960, on n’avait pas de quoi manger », raconte Liang Changxiong, directeur adjoint du Bureau local des forêts, aux reporters de CHINAFRIQUE. « Dans la région, l’approvisionnement en denrées faisait défaut. On y a alors pratiqué l’exploitation agricole excessive, aboutissant à la détérioration de l’environnement », continue-t-il. Ainsi, l’environnement écologique s’est dégradé, de sorte qu’en 1988, on y constatait une pluviométrie annuelle inférieure à 100 mm, moins de 10 espèces animales et un taux de couverture végétale de 3 à 5 %. « Les terres n’ont jamais été laissées en jachère si bien que plus rien n’a repoussé », regrette M. Liang. « Nous nous sommes alors rendu compte que nous ne pouvions exploiter la nature de manière excessive. Nous nous devions de trouver un équilibre. » 

  

De la fin des années 1970 à la fin des années 1980, Ordos s’est engagé dans le projet d’une nouvelle « Grande Muraille de végétation », connu sous le nom de « Bandes forestières de protection des Trois Nord ». Ce projet représente un emblème de la restauration écologique de la Chine qui a pour but de soutenir l’écologie fragile des régions du nord, du nord-ouest et du nord-est du pays. 

  

C’est aussi durant cette période que l’administration locale a mis en œuvre une politique de prise en charge forfaitaire des terres, toujours en vigueur aujourd’hui. Selon cette mesure, quiconque plante des herbes ou des arbres dans le désert peut jouir du droit d’exploitation des terres et tous les bénéfices ainsi générés lui appartiennent. L’enthousiasme s’est tout de suite fait sentir chez les habitants. C’est le cas de Baiyindaoerji, un berger local âgé de 63 ans, que CHINAFRIQUE a rencontré. 

  

En 1983, il a quitté l’armée et était prêt à s’installer en ville. Mais lorsqu’il a eu vent de la nouvelle politique, il s’est décidé à retourner dans sa région planter des arbres. « Je voulais changer notre destin de mes propres mains. C’était une occasion en or », assure-t-il. Aujourd’hui, sur ses prairies de 600 hectares poussent des plantes sableuses comme le jujube ou la caragane. On n’y voit presque plus de tempêtes de sable ou de poussière. 

  

À l’instar de particuliers comme Baiyindaoerji, de nombreuses entreprises locales se sont elles aussi engagées dans la restauration écologique de Kubuqi. Le groupe Elion en fait partie. Créée en 1988, la société est née d’une raffinerie de sel située en plein milieu du désert de Kubuqi. Il fallait prendre un détour de 300 km pour transporter du sel alors que 60 aurait suffi à vol d’oiseau. Pour économiser le coût du transport et assurer sa survie, a été construite pendant six mois une route de 65 km traversant le désert. Mais une tempête de sable l’a ensevelie quelques jours après son inauguration. Pour préserver ce cordon vital, l’entreprise s’est mise à végétaliser le désert. Une trentaine d’années ont passé. Aujourd’hui, une oasis de 6 000 km² est apparue grâces à ses efforts de reboisement. 

  

Selon un rapport du PNUE, la clef de voûte du modèle de Kubuqi réside dans l’établissement d’un système qui intègre des instruments politiques, des investissements du secteur privé et une participation active des habitants locaux. Cette déclaration trouve un écho dans l’analyse faite par Han Meifei, scientifique en chef chez Elion. Selon lui, il serait impossible pour une entreprise de réussir toute seule la végétalisation du désert sans soutien gouvernemental ni participation du peuple. « Par exemple, lorsqu’Elion a proposé la restauration écologique de Kubuqi, le gouvernement a immédiatement annoncé l’interdiction de pâturage. La construction de la route traversant le désert aurait été aussi infaisable sans collaboration de l’administration et des habitants locaux », détaille-t-il. 

 

Le personnel d’Elion plante des arbres dans le désert de Kubuqi en juillet 2018.

  

« Rien n’est sérieux s’il ne peut être durable. » 

  

Aucun modèle de développement ne peut prétendre être durable sans respecter les lois de la nature. La lutte contre la désertification ne fait pas exception. S’engageant dans le reboisement local pendant plus de 30 ans, le directeur adjoint du Bureau local des forêts a beaucoup à dire là-dessus. 

  

M. Liang se rappelle encore la méthode de plantation adoptée à ses débuts. « Nous avons planté tout ce qui était susceptible de verdir sans nous soucier de sa survie », raconte-t-il. Après un reboisement expansif, il a été constaté que de nombreuses plantes étaient mortes suite à la raréfaction de l’eau. « Cet échec nous a poussés à adapter nos stratégies de plantation en fonction de la disponibilité en eau », précise-t-il. 

  

Ainsi la végétalisation de Kubuqi a progressivement pris forme. La limite nord du désert est parsemée d’arbres très grands pour enrayer la progression des sables vers le nord. En revanche, au milieu du désert sont élevés des arbustes, qui sont plus économes en eau. La construction des routes traversant le désert facilite sa gestion dans son intégralité. 

  

Les méthodes de fixation du sable sont elles aussi ajustées peu à peu. Aujourd’hui, on ne plante des arbres que sur le versant des dunes exposé au vent, et qu’à partir des trois quart de leur hauteur, pour laisser le vent emporter les sables du sommet vers le fond. Avec le temps, le sommet est progressivement réduit grâce au vent et les sables sont stabilisés par les plantes. « Cette technique est plus efficace et moins coûteuse que l’ancienne méthode consistant à planter des herbes, des tiges de maïs et des roseaux sur tous les versants des dunes », rapporte Han Meifei. 

  

Ayant toujours pour objectif de préserver la durabilité de son modèle, l’administration locale accorde aujourd’hui une plus grande importance à l’équilibre entre la restauration écologique, la croissance économique et l’amélioration du bien-être de la population. « Au début, on ne tenait qu’à l’aspect écologique de l’aménagement du désert. Or, si les gens n’en retiraient pas d’argent, leur élan d’enthousiasme s’épuiserait un jour », remarque M. Liang. 

  

Ainsi, les habitants, comme les entreprises, ont été encouragés à planter des cultures commerciales, comme par exemple la réglisse. Celle-ci n’est pas seulement une plante médicinale précieuse de la médecine traditionnelle chinoise. Elle permet également de fixer l’azote et donc d’améliorer la qualité du sol. Grâce à l’exploitation de la réglisse, le désert peut être transformé en sol organique sur une large échelle, ce qui a permis de développer une agriculture propre au désert, comme la culture de pastèques et de tomates, entre autres. 

  

Baiyindaoerji cultive la réglisse depuis plus de dix ans. Elle est devenue son « petit trésor ». Il s’est ainsi acquitté d’une dette de 670 000 yuans (98 000 dollars) accumulée pour la restauration de ses prairies. Son revenu annuel s’affiche aujourd’hui à plus de 200 000 yuans (29 500 dollars). Mais il tient à ne récolter que quelques plants de réglisse par an. « Je souhaite que mes plantes y soient de manière durable. C’est ma méthode. Maintenir un équilibre entre protection écologique et accumulation de la richesse », confie-t-il avec émotion. 

  

Un modèle internationalement reconnu 

  

De toute évidence, les efforts déployés par la Chine dans la lutte contre la désertification vont bien au-delà du reboisement du désert de Kubuqi. La superficie des terres désertiques de la Chine baisse actuellement de plus de 2 400 km2 chaque année, contre une expansion annuelle moyenne de plus de 10 000 km2 à la fin du siècle dernier, faisant de la Chine le premier pays au monde à obtenir un recul du désert, selon les statistiques du Bureau national des forêts. Pour la période 2016-2020, le pays vise à réhabiliter 10 millions d’hectares de terres désertiques et à transformer en zones vertes plus de la moitié des terres arides dont la reconquête est potentiellement possible. 

  

Ses efforts sont par ailleurs reconnus par la communauté internationale. Comme en témoigne une étude publiée en février par la NASA, la Chine a été l’un des principaux contributeurs au verdissement de la Terre entre 2000 et 2017, à hauteur d’au moins 25 %. 

  

À l’occasion de la troisième édition de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement (ANUE 3), qui s’est tenue en décembre 2017 à Nairobi, Wang Wenbiao, président d’Elion, a été récompensé de « Champion de la Terre » pour son engagement dans la transformation de déserts en oasis. De son côté, la communauté chinoise d’afforestation de Saihanba a elle aussi obtenu le prestigieux prix des Nations unies. 

  

Saihanba est aujourd’hui une vaste forêt couvrant une superficie d’environ 750 km2. Elle n’était qu’une parcelle de terre stérile il y a 57 ans, mais le travail assidu pendant plusieurs décennies en a fait un bouclier écologique important pour Beijing et Tianjin. 

  

Erik Solheim, directeur exécutif du PNUE, a salué la communauté de Saihanba pour leurs efforts pionniers et innovants mais également rentables, dans la restauration d’un environnement dégradé. Il a reconnu également que le modèle de Kubuqi était une expérience précieuse pour d’autres pays et régions souffrant de désertification, ajoutant qu’une telle expérience devait s’étendre aux pays situés le long de « la Ceinture et la Route » pour leurs propres bienfaits. 

  

Pour vos commentaires : lixiaoyu@chinafrica.cn 

 

 

Imprimer
Lire aussi:

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号