法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2018-11-30
 

L'essor d'une nation

Ni Yanshuo  ·   2018-11-30
Mots-clés: politique de réforme et d'ouverture; Chine

À Guangzhou, dans le Guangdong (sud), une sculpture en fleurs célèbre les 40 ans de la politique de réforme et d’ouverture.

Li Zhangzhe, un habitant de Beijing âgé de 58 ans, continue de garder une paire de lunettes de soleil achetée il y a 40 ans : « C’était le style le plus populaire à cette époque à cause de la série télévisée L’Homme de l’Atlantide, qui était diffusée en Chine. Chaque jeune homme espérait en obtenir une paire », se souvient-il. M. Li explique que le héros de cette série, Mark Harris, portait généralement ces lunettes à l’écran : « Nous les appelions les lunettes Mark. Si vous en portiez une paire dans la rue, vous étiez définitivement l’objet de toutes les attentions. »

Au cours des premières étapes de la réforme et de l’ouverture en Chine, il était très difficile pour les jeunes gens d’obtenir des articles de mode, qui leur donnait un « look cool », souligne M. Li. De nombreuses personnes se sont rendues à Guangzhou dans le Sud de la Chine, ou à Hong Kong située non loin, pour acheter des articles à la mode, comme des lunettes de soleil tendance, des parapluies pliants, des montres électroniques ou encore des magnétoscopes, et les revendre dans d’autres villes, comme Beijing. M. Li a fini par acheter ses lunettes de soleil pour 40 yuans (soit 26,7 dollars US selon le taux de change de l’époque), ce qui équivalait alors à un salaire mensuel moyen à Beijing.

M. Li est l’une des nombreuses personnes, qui ont été les témoins des changements de la Chine, qui est passée d’un pays sous-développé industriellement, pas même capable de produire un parapluie pliable, à une économie mondiale majeure. Aujourd’hui, le « Made in China » et le « Created in China » (« Créé en Chine ») sont populaires à travers le monde et incluent des produits comme des satellites et des trains à grande vitesse.

« Entre le moment où on ne pouvait rien acheter et aujourd’hui où nous sommes capables d’acheter presque tout ce que nous voulons, il a fallu 40 années à la Chine et ces 40 années ont profondément changé nos vies », explique M. Li.

Ces changements ont débuté lors de la 3e session plénière du XIe Comité central du Parti communiste chinois (PCC), qui s’est déroulée du 18 au 22 décembre 1978. Au cours de cette session, le Parti au pouvoir a décidé de recentrer les efforts du Parti et de l’État sur le développement économique. Dès lors, la réforme et l’ouverture de la Chine a propulsé le pays sur la voie rapide du développement.

Une série de mesures ont été prises sous la direction de l’ancien dirigeant chinois Deng Xiaoping, qui fut considéré comme l’« architecte en chef » de la réforme et de l’ouverture en Chine. De 1980 à 1988, la Chine a établi cinq zones économies spéciales (ZES) à Shenzhen, Zhuhai et Shantou dans la province du Guangdong, à Xiamen dans la province du Fujian, ainsi que dans la province de Hainan, afin d’attirer les investissements étrangers et les technologies avancées en proposant des mesures préférentielles pour les entreprises à capitaux étrangers. En 1984, un total de quatorze villes côtières ont ouvert leurs portes aux investisseurs étrangers. Comme tous ces endroits se situaient en zones côtières, le gouvernement central a également approuvé en 2010 la mise en place des ZES de Kashi et Khorgas, toutes deux situées dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang dans le nord-ouest de la Chine, afin d’équilibrer le développement géographique.

Une production alimentaire abondante

Grâce à 40 années d’un développement rapide, la Chine est devenue la deuxième plus grande économie au monde avec un PIB passant de 364,5 milliards de yuans (243 milliards de dollars) en 1978 (taux de change 1:1,5) à 82 700 milliards de yuans (12 600 milliards de dollars) en 2017 (taux de change 1:6,6), soit plus de 200 fois supérieur sur la base du yuan. L’année dernière, le revenu disponible moyen par personne a atteint 25 974 yuans (3 936 dollars), un nouveau record historique.

Au-delà des chiffres, le plus grand accomplissement de la réforme et de l’ouverture au cours des 40 dernières années est que le développement rapide de la Chine a bénéficié à sa population de manière concrète.

Avant la réforme et l’ouverture, du fait d’une production alimentaire insuffisante et du manque de produits industriels, des quotas stricts étaient imposés à la population. Sans les coupons, la population ne pouvait acheter ni aliments, ni produits industriels.

Avant la réforme et l’ouverture, les terres cultivables en Chine étaient détenues et opérées par les collectivités. Les agriculteurs ne pouvaient travailler que sur les terres collectives. Au début des années 1980, la Chine a réformé le système agricole et en a adopté un nouveau, permettant aux agriculteurs de contracter un terrain et d’en bénéficier individuellement. Cette réforme a largement stimulé l’enthousiasme des agriculteurs au travail et le phénomène consistant à acheter de la nourriture avec des coupons a rapidement changé, grâce à la production croissante de produits agricoles.

Le 12 avril 1981, le Magasin de l’amitié de Guangzhou a lancé le premier supermarché de Chine, où il était possible d’acheter des produits sans coupons. Au cours des premiers mois d’activité du supermarché, celui-ci était tellement bondé, que les numéros d’entrée devaient être contrôlés rigoureusement.

En 1990, la production de céréales en Chine a atteint les 446 millions de tonnes, dépassant les 400 millions de tonnes pendant cinq années consécutives. Ce fut la première année, où la Chine réalisa un équilibre de l’offre et de la demande pour les céréales. Le pays put ainsi établir un système de réserve spéciale pour les céréales et les coupons alimentaires furent abandonnés. En 2017, la production en céréales de la Chine dépassait les 600 millions de tonnes. Aujourd’hui, la plupart des Chinois ne se satisfont plus d’avoir suffisamment à manger, mais ils ont adopté une alimentation et un mode de vie plus sains.

Ces développements ont servi de preuves pour montrer les accomplissements de la Chine dans la réforme et l’ouverture, mais ils ont également fait écho à la philosophie directrice du Parti dirigeant. Tout comme Xi Jinping l’avait annoncé, lorsqu’il avait été élu pour la première fois secrétaire général du Comité central du PCC en 2012 : « L’aspiration du peuple à une vie bonne et belle est l’objectif pour lequel nous nous battons. »

Éradiquer la pauvreté

Un autre accomplissement important apporté par la réforme et l’ouverture est la réduction de la pauvreté. La Chine est passée de l’un des pays les plus appauvris de la planète à la deuxième plus grande économie au monde au cours des 40 dernières années.

Les données du Bureau national des statistiques (BNS) montrent qu’au cours des quatre dernières décennies, un total de 740 millions d’habitants en Chine rurale ont été tirés de la pauvreté, soit près de 19 millions chaque année en moyenne. Cela représente 70 % de la population mondiale ayant été sortie de la pauvreté au cours de cette période. Par ailleurs, l’incidence de la pauvreté dans les zones rurales a également diminué de 94,4 points de pourcentage. À la fin 2017, le nombre de personnes appauvries avait été réduit à 30,46 millions de personnes. Selon le 13e Plan quinquennal de Chine (2016 - 2020), la pauvreté devrait être éradiquée d’ici 2020.

Pour atteindre cet objectif, des mesures spécifiques ont été conçues et mises en œuvre en 2016 dans les zones appauvries du pays. Par ailleurs, les gouvernements locaux ont également désigné du personnel spécial pour se rendre dans les divers villages ruraux, aidant les foyers nécessiteux à concevoir des plans de développement, à obtenir de petits emprunts et à cultiver leurs activités selon les circonstances des différents foyers.

À la suite du XVIIIe Congrès du PCC en 2012, de nouveaux efforts ont été réalisés pour améliorer les infrastructures dans les zones pauvres. Au cours des six dernières années, plus de 500 000 km de routes y ont été construites, plus de 14 millions de personnes en situation de pauvreté ont obtenu un accès à de l’eau propre. Un total de 520 milliards de yuans (75,4 milliards de dollars) de prêts ont été accordés à quelque 13 millions de foyers appauvris, de façon à ce qu’ils puissent développer leurs activités. Aujourd’hui, presque tous les villages ont accès à l’électricité et 71 % des villages ont accès à un Internet haut débit.

Regarder vers l’avenir

La Chine s’est engagée à approfondir la réforme et à s’ouvrir davantage au monde extérieur.

« La croissance économique de la Chine au cours des 40 dernières années a été accomplie avec un engagement envers l’ouverture. Dans la même veine, le développement de haute qualité de l’économie chinoise à l’avenir ne peut être garanti que par une plus grande ouverture », a déclaré le Président Xi Jinping lors de la cérémonie d’ouverture de la première Foire internationale des importations de Chine (CIIE), le 5 novembre à Shanghai. « La porte de la Chine ne sera jamais fermée, mais elle continuera à s’ouvrir toujours plus », a-t-il affirmé.

La CIIE est la première foire des importations au monde de niveau national, ce qui est une décision importante prise par la Chine pour poursuivre un nouveau cycle d’ouverture de haut niveau, a indiqué Xi Jinping. C’est également une initiative majeure de la Chine pour élargir l’accès du reste du monde au marché chinois.

Un total de 172 pays, régions et organisations internationales ont présenté leurs produits et services lors de la CIIE, y compris plus de 200 entreprises de plus de 40 pays africains.

« Les années ayant suivi le XVIIIe Congrès du PCC en 2012 ont marqué une nouvelle phase dans la réforme de la Chine, car celle-ci est devenue plus systématique, interconnectée et coordonnée », explique Xin Ming, professeur de l’École du Parti du Comité central du PCC.

En 2013, la Chine a lancé l’initiative « une Ceinture et une Route », afin de renforcer la connectivité mondiale. Au mois d’août 2018, la Chine avait signé 118 accords de coopération avec 103 pays et organisations internationales, mais également signé ou mis à niveau cinq accords de libre-échange avec 13 pays. Au cours des cinq dernières années, la valeur commerciale de la Chine avec les pays impliqués dans l’initiative « une Ceinture et une Route » a dépassé les 5 000 milliards de dollars. La Chine est désormais le plus grand partenaire commercial de 25 pays le long d’« une Ceinture et une Route ».

En 2013, la Chine a construit sa première zone de libre-échange, à savoir la Zone pilote de libre-échange de Shanghai (Chine). À la fin du mois d’octobre 2018, un total de douze zones de libre-échange avaient été construites en Chine, comme celles de Tianjin, du Fujian et de Hainan, jouant différents rôles dans l’approfondissement de la réforme et de l’ouverture de la Chine.

« Contrairement aux pays occidentaux, où les partis politiques œuvrent pour se contrecarrer les uns les autres et freinent ainsi les réformes clés, la réforme en Chine est déployée de manière particulièrement constante avec un accent particulier placé sur sa mise en œuvre », note Zheng Yongnian, professeur de l’Institut d’Asie de l’Est de l’Université nationale de Singapour.

12>
Imprimer
Liens:
Xinhuanet CCTVfr China Tibet Online Le Quotidien du Peuple Radio Chine Internationale
Ambassade de Chine en France Ambassade de France en Chine Faguowenhua French.china.org.cn
La Chine au Présent La Chine Pictorial

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号