法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2019-06-25
 

Lecture de deux civilisations

par Vincent Mbonihankuye  ·   2019-06-25
Mots-clés: Chine; Burundi

HELLORF

 

De prime abord, la Chine et le Burundi sont deux nations parfaitement différentes. En effet, le Burundi est un tout petit en matière de superficie et de population, cette dernière n’atteignant que douze millions d’habitants. En comparaison, la Chine fait office de géant avec ses 9 600 000 km² et son milliard et demi d’habitants, faisant d’elle le pays le plus peuplé de la planète. Pour autant, les ressemblances culturelles ne manquent pas. 

  

Les relations sino-burundaises 

  

Voilà 55 ans que le Burundi et la Chine ont établi leurs relations diplomatiques. Depuis lors, cette dernière accomplit au Burundi des missions de coopération diverses et variées. Le Burundi n’est pas en reste. Ses dignitaires, fonctionnaires, étudiants, commerçants, ou bien gens ordinaires, ont eu l’occasion de se rendre en Chine et nouer ainsi des relations tant professionnelles, que personnelles, avec le peuple chinois. 

  

Néanmoins, très peu connaissent véritablement la culture chinoise et des chocs culturels ne sont pas à écarter lors de certains échanges, qu’ils soient commerciaux ou diplomatiques. De même, les Chinois, mis à part les diplomates, qui ont mené des études poussées sur notre pays et notre continent, ne connaissent pas suffisamment l’histoire et la culture burundaise, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’intégration dans la société.  

  

Cultiver les points communs 

  

Le premier point commun entre ces deux nations est le rôle de la famille. Dans les deux cultures, l’éducation des enfants repose sur le respect des ainés et des parents. En revanche, ces derniers ont obligation de protection et de guide pendant tout le processus de développement des enfants. Cela n’est pas forcément le cas dans certaines cultures qui préfèrent l’autonomie des enfants dès le jeune âge.  

  

L’assistance aux personnes âgées, ainsi qu’aux nécessiteux, tels que les personnes porteuses d’un handicap, sont des valeurs positives incarnées par la culture chinoise.  

  

Dans les transports en commun chinois, des messages préenregistrés rappellent régulièrement qu’il faut céder les places aux personnes en ayant le plus besoin. Les seniors, à l’instar des Burundais, assument avec fierté leur âge, car ils se savent considérés comme la sagesse de la nation. 

  

Le repas, qui occupe une place importante, est un autre point commun des cultures sino-burundaises. Le repas familial est, certes, une occasion de se régaler de mets délicieux, mais surtout un moment de retrouvailles et de réunification. La personne absente au repas doit s’excuser et présenter des motifs valables. L’invitation chinoise à un repas revêt une signification particulière, à l’instar du partage d’un verre pour les Burundais, comme une volonté d’intégration dans un groupe, qu’il soit professionnel ou scolaire. Quel qu’il soit, le partage d’un repas en Chine va au-delà du simple fait de s’alimenter. En effet, d’importantes décisions peuvent être prises à table dans certaines circonstances.  

  

Des peuples fiers 

  

À l’instar des Burundais, le peuple chinois est un peuple fier qui veille au respect des rapports humains. Les deux peuples sont prudents et réservés. Cela transparaît dans la prise de parole pendant les échanges, que ce soit durant des réunions, ou pendant les différents préparatifs très méticuleux lors, par exemple, d’organisations de voyages, de fêtes, ou d’autres activités qui ne laissent échapper aucun détail. 

  

Les Burundais savent épargner, surtout les agriculteurs, qui mettent de côté une partie de leur récolte en cas de disette. Cela est cependant plus ancré chez les Chinois qui, peu importe le montant de leur salaire, consacrent une partie à l’épargne. La plupart des Chinois ont ainsi pu constituer leur capital propre, souvent sans recourir à l’endettement.  

  

Il serait impossible de parler des points communs des deux cultures sans mentionner l’humilité, l’hospitalité et le protocole. À l’instar de la société burundaise, l’humilité et la modestie sont perçues comme des vertus en Chine. Les deux peuples sont à la fois hospitaliers et respectueux du protocole selon le rang et des affinités de leurs visiteurs. Les places des invités ne sont jamais choisies au hasard. 

  

Les croyances, point de divergence culturelle 

  

Même si les cultures burundaise et chinoise présentent de nombreux points communs, les divergences ne manquent pas. Les croyances, le respect de l’heure et la rigueur en font partie. Le Burundi moderne puise ses valeurs dans les religions chrétiennes, tandis que la société chinoise a été façonnée par les philosophes et penseurs que sont Confucius et Laozi. Ces deux figures restent la grande référence culturelle de la Chine ancienne et moderne. 

  

Les Chinois ont une grande notion du temps par rapport à leurs pairs burundais. Les retards sont rares, contrairement au Burundi. Cela peut s’expliquer par les niveaux de développement économique et industriel, où le rythme de vie en Chine est déterminé par le temps. La rigueur et la discipline sont reconnues dans les deux cultures, mais avec une petite avance chez les Chinois qui sont réputés plus disciplinés et rigoureux. Ce qui explique les exploits économiques dont la Chine jouit présentement. 

Immersion dans les deux cultures 

  

Au regard de cette analyse, il apparaît clairement que plusieurs points communs entre les cultures existent, malgré leur dissemblance. Quoiqu’il soit largement admis que chaque pays a sa propre culture, les échanges culturels ont pour finalité l’incorporation de certains aspects positifs d’autres cultures, permettant de construire un monde fondé sur des valeurs culturelles positives communes. En attendant cette société idéale, il est très important de comprendre les us et coutumes de chaque peuple, afin de favoriser les échanges tout en minimisant les chocs culturels qui peuvent entraver le tissage de relations d’amitié. 

  

Reportage du Burundi 

Pour vos commentaires : lixiaoyu@chinafrica.cn 

Imprimer

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号