法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2019-09-05
 

Des maisons marines

par Li Jing  ·   2019-09-05
Mots-clés: maison au toit d'algues; économie verte; Shandong; Chine
Des villageois réparent un toit d’algues dans le village de Dongchudao. (COURTOISIE)

En apparence, tout laisse croire que Dongchudao, à l'extrême est de la province du Shandong, est un village de pêcheurs tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Or, un regard perspicace sera inévitablement attiré par quelque chose d'insolite : les toits des maisons.

Ils sont de couleur noisette et semblent plus mous que les toits traditionnels des maisons rurales en Chine. En y regardant de plus près, le visiteur découvrira qu'il s'agit en fait d'une épaisse couche de feuilles d'algues superposées les unes sur les autres.

Le village de Dongchudao, dans la ville de Rongcheng, compte actuellement 650 maisons de ce type. La plus vieille a été construite il y a plus de 300 ans. L'utilisation des algues comme matériau de construction a permis à ces maisons de résister au vent marin et à l'érosion du climat humide pendant des centaines d'années. Aujourd'hui, elles sont devenues le symbole d'une habitation écologique, en plus de générer d'importants revenus par le tourisme.

Les maisons au toit d'algues de Dongchudao étaient également en vedette lors de la journée dédiée à la province du Shandong de l'Exposition internationale horticole 2019, le 20 juin, où elles ont attiré de nombreux visiteurs.

Cadeau de la nature

« Le toit d'algues doit faire environ 40 centimètres d'épaisseur et les couches doivent être bien comprimées afin de garantir sa perméabilité et faire en sorte que l'eau coule le long du toit », a expliqué Wang Shujing, un artisan de Rongcheng spécialisé dans la réparation des toits d'algues. Selon lui, la durabilité d'une maison dépend principalement de l'étanchéité des algues.

« Si les algues sont bien installées, la maison sera bonne pour le reste de votre vie. Une maison avec un toit fait en algues demeurera intacte pendant cent ou deux cents ans », a-t-il ajouté.

Li Wentao, professeur à l'Université océanique de Chine, travaille depuis longtemps sur des recherches concernant l'écologie physiologique des herbes marines et la restauration des verdières. Les arêtes du toit, inclinées à 50 degrés, permettent à la pluie de s'écouler rapidement, tout en réduisant la pression des accumulations de neige, selon lui.

En plus des précipitations, ces maisons doivent aussi résister au fort vent marin. Une fois que les algues ont bien été disposées sur le toit, il faut appliquer une couche de boue pour les fixer sur place et empêcher que le vent marin ne les emporte.

« Certains toits seront également recouverts de filets de pêche, ce qui est également une mesure de protection contre le vent découverte par les pêcheurs locaux », a expliqué M. Li.

Selon M. Li, les algues utilisées pour la construction des toits sont recueillies à même la mer, à cinq ou dix mètres de profondeur. Il en faut cinq tonnes pour chaque maison. On utilise souvent des zostères marines et des phyllospadix, très flexibles après séchage, et sur les feuilles desquels sont présentes des diatomées connues pour leur capacité de résistance à la corrosion.


Des maisons au toit d’algues dans le village de Dongchudao, dans la province du Shandong. (LIJINZHONG)

Protéger et transmettre

L'ensemble du processus de traitement des algues se fait à la main, selon une technique inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de la province du Shandong. Cependant, la maîtrise de cet art se perd, alors que de moins en moins d'artisans la pratiquent.

Afin de renforcer la protection des maisons au toit d'algues, le gouvernement de la ville de Rongcheng a mis en place des mesures de protection concernant plus de 500 villages et plus de 90 000 maisons. Chaque année, des fonds spéciaux sont alloués pour les travaux de restauration. De plus, des formations d'une durée de deux mois sont organisées afin de transmettre ces techniques uniques.

À long terme, les maisons au toit d'algues ne pourront être conservées que si les gens sont en mesure d'y vivre. Afin d'améliorer les conditions de vie des habitants, la ville de Rongcheng a introduit le gaz naturel, le chauffage et l'eau courante dans ces maisons traditionnelles. Le traitement des ordures ménagères et des eaux usées y est réalisé depuis 2009. À l'heure actuelle, toutes les maisons disposent d'installations modernes, ce qui a amélioré grandement la qualité de vie.

« L'extérieur demeure le même, mais l'intérieur est totalement différent. Un système de chauffage a été installé et je n'ai plus besoin d'utiliser les méthodes traditionnelles pour me réchauffer », s'est réjoui Xu Qinglai, habitant de Dazhuangxujia, à Rongcheng. Comme lui, beaucoup de villageois locaux espèrent conserver leur demeure traditionnelle tout en développant leur village.

« Les maisons au toit d'algues constituent un atout précieux légué par nos ancêtres. La protection de ces maisons n'entre pas en conflit avec l'urbanisation et le développement rural. Avec l'approbation des autorités, nous avons préservé et rénové plus de 250 maisons au toit d'algues dans notre village, et nous avons construit de nouveaux bâtiments modernes. Les villageois peuvent donc choisir de vivre dans ces maisons traditionnelles ou dans les bâtiments modernes. Nous respectons leurs choix », a affirmé Xu Qinghai, secrétaire du Comité du Parti communiste chinois (PCC) pour Dazhuangxujia.

Le musée de Rongcheng propose également une exposition qui présente le processus, les outils et les matériaux de construction des maisons au toit d'algues, racontant l'histoire qui unit ces maisons exceptionnelles avec la mer et les pêcheurs locaux.

Économie verte

« Pour protéger et développer les maisons au toit d'algues, il est nécessaire d'explorer de nouvelles méthodes, comme la création de B&B et de musées ruraux pour attirer les touristes chinois et étrangers », a déclaré Li Bo, directeur du musée de Rongcheng.

Yandunjiao est un autre village de Rongcheng. En plus d'abriter de nombreuses maisons au toit d'algues, cet endroit sert aussi de lieu de repos hivernal à plus d'un millier de cygnes de Sibérie chaque année. Cela a donné au gouvernement local une occasion de développer le tourisme culturel. Des milliers de touristes visitent maintenant le village pour y admirer les cygnes, déguster les poissons locaux et séjourner dans les maisons traditionnelles.

« Aujourd'hui, je gagne environ 100 000 yuans (environ 14 200 dollars) par an, ce qui est presque deux fois plus qu'auparavant », s'est exclamé Qu Kai, un villageois qui travaille dans le tourisme. Afin de faciliter l'expérience des touristes, les maisons ont été rénovées et équipées de tuyaux de drainage, de l'eau courante, de toilettes modernes et d'une connexion wifi.

Pour le moment, Yandunjiao compte plus de 40 restaurants et hôtels. Le lieu attire 100 000 touristes par an, générant des revenus de près de 10 millions de yuans (environ 1,4 million de dollars).

« Les maisons au toit d'algues conservées dans les musées et les villages de pêcheurs constituent une forme de patrimoine statique. Nous devons hériter de cet atout précieux de manière à lui redonner vie, en combinant la protection à un développement et à une utilisation appropriés. Ces vieux villages de pêcheurs dotés d'un charme culturel unique donneront aux générations futures une richesse culturelle unique », a déclaré Zhang Ruiying, chef du Département de la communication au sein du Comité du PCC de Rongcheng.

Pour vos commentaires : lijing@chinafrica.cn

Imprimer

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号