法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2019-12-05
 

Équilibrer le commerce

par Ge Lijun et Bridget Hwasheni  ·   2019-12-05
Mots-clés: CIIE; exportation africaine


L’exposition de produits d’Afrique du Sud à la deuxième ClIE de Shanghai. (WEI YAO)

Vu la distance, Ashraf El-Adawi ne s’est jamais imaginé exporter ses oranges vers la Chine. Fondée en 1985, la société égyptienne Nile Establishment for International Trade n’a commencé à le faire qu’en 2015.  

En tant que responsable de l’entreprise, M. El-Adawi a d’abord effectué plusieurs visites en Chine pour en prospecter le marché. Ces deux dernières années, l’Exposition internationale d’importation de la Chine (CIIE) lui a fourni l’opportunité de rencontrer des partenaires dans le secteur des agrumes. Il considère par ailleurs le marché chinois très prometteur et a décidé d’accroître progressivement la production de son entreprise.    

Il en va ainsi pour un grand nombre de commerçants africains qui, grâce à la CIIE, introduisent des produits de qualité pour les consommateurs chinois.   

Saisir les opportunités   

Pourtant, entrer sur ce grand marché n’est pas chose facile. « Les importateurs chinois exigent une très haute qualité. Nous avons donc dû moderniser nos machines pour répondre à leurs exigences », a indiqué M. El-Adawi.   

Depuis 2018, dans le but de participer à la première CIIE, l’entreprise a injecté environ 4,2 millions de dollars dans l’achat de machines et la formation de ses employés. « L’exportation en Chine nous a exhortés à superviser les premières étapes du processus de plantation dans nos exploitations afin de garantir une qualité élevée et d’augmenter notre capacité de production », a-t-il poursuivi.   

Le volume d’investissement de son entreprise s’élève à plus de 30 millions de dollars, avec 150 employés permanents et 700 saisonniers. Les contrats de la société avec des fermes d’oranges ont augmenté de 40 % lorsqu’elle a conclu des accords d’exportation avec les entreprises chinoises.   

Nile Establishment for International Trade a exporté 14 000 tonnes d’oranges vers la Chine au cours de l’année 2018-2019, contre 7 000 tonnes l’année précédente.  

L’entreprise vise à exporter 28 000 tonnes en 2019-2020. M. El-Adawi a précisé que 25 % des exportations à l’étranger étaient destinées au marché chinois.   

Cette fois-ci, il participe à la 2e CIIE pour une meilleure communication avec les entreprises chinoises et pour la signature de contrats directs. Selon lui, la société a déjà entamé des négociations avec plusieurs sociétés chinoises pour lancer un projet conjoint visant à planter de vastes acres d’orangers en Égypte afin d’en exporter ensuite les fruits vers la Chine.   

Les commerçants africains comme M. El-Adawi ont tiré profit de la CIIE. Elle est considérée comme une opportunité pour l’Afrique visant à promouvoir des produits fabriqués sur le continent pour le marché international.   

Diedonne Twahirwa, directeur général de Gashora Farm, un producteur de piment du Rwanda destiné à être exporté en Chine, a souligné que la CIIE lui offrait une plateforme pour développer son activité et exporter davantage de piment rwandais dans le monde.   

Le 13 septembre, la société rwandaise a signé un contrat de 500 millions de dollars pour vendre du piment sec à la Chine sur cinq ans, après avoir participé à la première Exposition économique et commerciale sino-africaine qui s’est déroulé en juin dernier à Changsha, dans la province du Hunan, en Chine centrale. « C’est la deuxième fois que je participe à la CIIE. Lors de la première édition, j’ai découvert le marché chinois et l’ai utilisé comme une opportunité de développement en Asie. Je me suis alors rendu compte que la Chine était la meilleure option pour me développer », a confié M. Twahirwa à CHINAFRIQUE.   

Il explique cependant qu’il n’est pas facile de pénétrer le marché chinois. « En plus de fournir les bons documents pour pouvoir exporter, nous avons également eu des problèmes d’expédition. En outre, nous avons dû avant tout étudier le marché chinois, car il se distingue des autres marchés internationaux auxquels nous fournissons déjà du piment. Nous devions également réfléchir au meilleur timing pour l’approvisionnement », s’est-il souvenu. M. Twahirwa a ajouté que « la bonne nouvelle est que la Chine continue de s’ouvrir davantage aux échanges avec les pays africains, pas seulement le Rwanda. C’est donc une opportunité que les entreprises africaines doivent saisir, en particulier à travers des expositions similaires. »   

L’année dernière, M. Twahirwa a signé un accord pour exporter vers la Chine 1 500 barils contenant 37 000 litres d’huile de piment d’une valeur de 2 millions de dollars. L’accord a été conclu en marge de la première CIIE qui s’est tenue en novembre 2018 à Shanghai.   

Les exportateurs africains sont dorénavant optimistes, car une nouvelle initiative a vu le jour pour résoudre le genre de difficultés que M. Tahwirwa a rencontrées.   

Afin d’augmenter les exportations de l’Afrique vers la Chine, le Standard Bank Group, la plus grande institution de services financiers d’Afrique, a lancé l’Initiative d’exportation sino-africaine (IESA) lors de la 2e CIIE pour aider les exportateurs africains à pénétrer le marché chinois.   

L’IESA permettra aux clients exportateurs africains de la zone d’opérations du Groupe Standard Bank de trouver les importateurs chinois appropriés, et fournira également des conseils tout au long du processus. « Le groupe espère que l’IESA permettra au moins à un produit national de chaque pays africain de figurer sur la liste des produits d’exportation approuvés par la Chine. L’Afrique doit profiter également de cette occasion pour atténuer les déséquilibres commerciaux », a souligné Manessah Alagbaoso, responsable de l’intégration Chine-Afrique du Standard Bank Group.   


Dieudionne Twahirwa présente les produits de son entreprise à la deuxième CIIE à Shanghai, le 8 novembre. (WEI YAO)

Port de commerce en Chine   

En plus d’offrir des opportunités d’affaires aux entreprises africaines, l’exposition a eu d’autres répercussions.   

En tant que deuxième économie du continent africain, l’Afrique du Sud a participé à la 1e CIIE l’an dernier, signant plusieurs contrats pour un montant total de 55,07 millions de dollars. Le nombre d’entreprises sud-africaines participant à la seconde exposition est passé de 22 à 32, dont 20 petites et moyennes entreprises du secteur alimentaires, agricoles et des objets d’artisanat. Elles ont désormais un point d’ancrage en Chine.  

Le 5 novembre, le premier jour de l’exposition, la cérémonie d’ouverture du centre d’opération du port de commerce de l’Afrique du Sud s’est tenue à Shanghai. Le centre est une plateforme d’incubation d’entreprises, dont les services sont principalement destinés aux petites et moyennes entreprises sud-africaines. Il peut aider leurs produits à être promus rapidement en Chine, de sorte que les consommateurs chinois pourront les acheter à bon prix. « À l’occasion de la CIIE, le lancement de ce centre est très important. Nous nous attendons à ce que l’emploi augmente dans notre pays, car il s’agit d’un problème préoccupant, et que l’économie se développe. Basé sur le port à Shanghai, le modèle s’étendra également dans d’autres régions de la Chine », a expliqué à CHINAFRIQUE Rosemary Nokuzola Capa, vice-ministre du Développement des petites entreprises de l’Afrique du Sud. 

Faisant écho à ces propos, Li Linguo, responsable du centre d’opération, a annoncé qu’en plus de Shanghai, le port de commerce sud-africain se déploiera dans d’autres villes chinoises, telles que Changsha dans la province du Hunan.    

« Les ports de commerce facilitent non seulement l’importation de marchandises sud-africaines, mais également l’achat des fabricants sud-africains, ce qui créera de nouveaux débouchés pour les exportations de produits africains », a-t-il expliqué, en ajoutant qu’après la CIIE, le 11 novembre, le port de commerce à Yiwu dans la province du Zhejiang a été ouvert. 

  

Pour vos commentaires : glj@chinafrica.cn 

Imprimer

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号