法语词典:
中文 ANGLAIS
ACCUEIL Chine Monde Economie Culture Environnement Chinafrique Documents
  2019-07-16
 

Un partenaire jeune, mais prometteur

CHINAFRIQUE  ·   2019-07-16
Mots-clés: Soudan du Sud; Chine

John Andruga Duku. (WEI YAO)
 

En tant que plus jeune pays d'Afrique et du monde, le Soudan du Sud a élaboré des plans ambitieux pour attirer les investissements étrangers afin de maintenir un développement durable et de hausser le niveau de vie de sa population. Bien que ce pays enclavé d'Afrique de l'Est dispose de ressources abondantes, dont l'énergie, les minéraux et l'agriculture, il s'agit aussi de l'un des pays les moins avancés du monde.

Pour en savoir plus sur les plans de développement futurs de ce pays et ses relations avec la Chine, le magazine CHINAFRIQUE s'est entretenu avec l'ambassadeur du Soudan du Sud en Chine, John Andruga Duku, le 29 mai. Voici quelques extraits choisis de l'interview :

 

CHINAFRIQUE : Cette année marque le huitième anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Soudan du Sud. Comment se porte la relation bilatérale jusqu'à maintenant ?

John Andruga Duku : La République du Soudan du Sud entretient des relations spéciales avec la République populaire de Chine. La Chine est un partenaire stratégique pour le Soudan du Sud. Comme vous l'avez mentionné à juste titre, nous célébrons cette année le huitième anniversaire de nos relations diplomatiques avec la Chine. Il est très important pour le peuple chinois de savoir que le Soudan du Sud considère la Chine comme un ami, puisque la Chine a établi des relations diplomatiques avec le Soudan du Sud le jour même où notre pays a déclaré son indépendance.

Le Soudan du Sud s'est engagé à travailler avec les autres pays africains pour promouvoir les intérêts communs de l'Afrique et de la Chine à l'occasion du 56 anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (prédécesseur de l'Union africaine), le 25 mai. Nous devons bien évaluer les relations entre l'Afrique et la Chine. Nous entretenons des relations positives avec la Chine à différents niveaux, bilatéralement, en tant qu'État membre de notre organisation régionale, l'Union africaine, dans le cadre du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA), et dans le contexte de l'initiative « la Ceinture et la Route ». À tous ces niveaux, le Soudan du Sud est un participant pleinement engagé et nous voyons nos relations s'épanouir sur une base gagnant-gagnant, comme l'a dit le Président chinois Xi Jinping.

 

Le Soudan du Sud est le plus jeune pays du monde. Quel est le problème le plus important auquel fait face le pays dans son développement ?

Nous sommes un pays riche en ressources pétrolières, mais ce pétrole est sous-exploité.

Le Soudan du Sud doit s'engager dans ses relations bilatérales avec la Chine pour bénéficier de sa technologie. Nous devons augmenter la production de pétrole pour que les recettes pétrolières puissent être utilisées pour booster notre secteur agricole.

Nous considérons l'agriculture comme l'avenir du Soudan du Sud, pas le pétrole. L'agriculture ne peut pas prospérer sans un réseau routier. Nous devons donc investir dans l'infrastructure. Nous voulons utiliser la technologie chinoise dans notre secteur pétrolier afin de pouvoir utiliser les recettes pétrolières pour construire ces routes.

Nous voulons devenir le grenier de l'Afrique, parce que nous avons de vastes terres agricoles. De cette vaste superficie, 75 % n'est pas occupée, ce qui nous permettra de l'utiliser pour l'agriculture mécanisée. Nous avons besoin d'investisseurs chinois dans des domaines comme l'agriculture biologique pour produire du soja. Je profite de l'occasion pour annoncer aux hommes d'affaires et aux investisseurs chinois que le Soudan du Sud est ouvert aux investissements dans le secteur agricole et plus particulièrement pour le soja, un aliment de base en Chine pour la fabrication du tofu.

 

Dans quels secteurs pensez-vous que le Soudan du Sud et la Chine devraient renforcer leur coopération ?

Tout d'abord, nous voulons renforcer notre coopération dans le domaine de l'édification de l'économie des deux pays. Comme je l'ai déjà dit, la Chine dispose de technologies de pointe. Son économie en plein essor peut être bénéfique pour nous et pour le reste de l'Afrique. L'infrastructure est vitale pour nous parce que nous partons de zéro. Nous n'avons ni routes, ni chemins de fer, ni aéroports de niveau international. Nous devons également améliorer le transport fluvial entre le Soudan du Sud et le Soudan.

En outre, une coopération politique existe déjà entre nos deux gouvernements. Nous collaborons avec la Chine sur de nombreux aspects. En Afrique, il y a le mécanisme du FCSA, ainsi que l'initiative « la Ceinture et la Route ». Nous attendons avec impatience la première Exposition économique et commerciale sino-africaine qui se tiendra à Changsha [dans la province du Hunan] où le Soudan du Sud sera représenté.

Ce sont là des domaines dans lesquels notre coopération progresse. Nous avons l'intention d'établir des relations solides avec la Chine. Le Président Xi a manifesté son désir de bâtir une communauté d'avenir commun sur une base gagnant-gagnant et nous prenons ce message au sérieux.

D'après ce que je comprends de la notion de gagnant-gagnant, la Chine a quelque chose à apporter à l'Afrique et nous, en tant qu'Africains, nous avons quelque chose à apporter à la Chine. Mais qu'est-ce que nous avons à apporter ? Le Soudan du Sud est le pays qui compte le plus grand cheptel bovin d'Afrique, mais on ne lui a pas encore accordé sa juste valeur économique. Nous avons aussi beaucoup de chèvres et de moutons qui sont autant d'opportunités. Nous invitons les investisseurs chinois à venir déguster notre bœuf unique issu de l'agriculture biologique.

 

Comment l'initiative « la Ceinture et la Route » peut-elle mieux s'aligner sur la stratégie de développement de votre pays ?

Du point de vue des Africains et des Sud-Soudanais, il y a beaucoup d'intérêts qui sont en compétition dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Pour avoir une partie du gâteau de cette initiative, nous devons aligner nos priorités sur celle-ci. Les infrastructures et la sécurité alimentaire sont deux domaines très importants pour notre coopération dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route ». La sécurité alimentaire est liée à la stabilité et l'infrastructure donne aux gens la possibilité de se déplacer.

Nous avons besoin d'aide pour importer des technologies et garantir la sécurité alimentaire. Nous avons également besoin d'aide pour améliorer nos systèmes d'éducation et de santé. Nous ne croyons pas que tout cela devrait être fait à l'aide de prêts concessionnels ou de subventions de la Chine, mais nous mettons sur la table le pétrole brut pour notre développement. L'utilisation du pétrole brut pour le développement est un concept introduit par le Président sud-soudanais Salva Kiir Mayardit.

 

La Chine participe à un contingent de police dans le cadre de l'opération du maintien de la paix de l'ONU au Soudan du Sud. En quoi ce contingent contribue-t-il au maintien de la paix et de la stabilité au Soudan du Sud ?

L'un des contingents chinois les plus importants dans le cadre des efforts de maintien de la paix des Nations unies se trouve au Soudan du Sud. Avant de devenir ambassadeur en Chine, j'étais responsable des agences des Nations unies à Djouba, donc je connais très bien cette question. Le contingent de casques bleus chinois joue un rôle important au Soudan du Sud et a fait une différence dans la stabilisation dans le pays.

Nous en sommes très reconnaissants. Je saisis cette occasion pour offrir mes sincères condoléances au peuple et au gouvernement chinois pour la tragédie qui s'est produite en 2017, lorsque des casques bleus chinois ont perdu la vie. Nous voulons que la Chine demeure engagée. La Chine est le seul des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies à avoir approuvé l'accord actuel au Soudan du Sud. Cela démontre également l'engagement et l'amitié de la Chine. Au nom de mon président et du peuple sud-soudanais, je tiens à remercier la République populaire de Chine d'avoir appuyé le processus de paix au Soudan du Sud.

 

* Pour vos commentaires : liuwei@chinafrica.cn

Imprimer

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号